Contactez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

LINXEA révèle les performances des SCPI -OPCI pour 2018 – 4,35% de Taux de distribution

Femmes avec des jumelles

L’ASPIM et l’IEIF publient les statistiques 2018 des SCPI et OPCI grand public. Le bilan ? Une « attractivité confirmée.»


 1 La collecte nette 

Sans surprise, les 175 SCPI répertoriées par l’Aspim accusent une collecte nette en repli de 19,4% par rapport à un millésime 2017 caracte?rise? par un volume record. Malgré tout, l’ Aspim souligne que l’inte?re?t des particuliers pour les SCPI « ne s’est pas e?rode? » avec une collecte nette de 5,11 Mds € (6,48 Mds€ en brut). Comme d’habitude, les SCPI bureaux ont re?alise? un peu plus de la moitie? de cette collecte (2,7Mds€) devant les SCPI diversifie?es (21%, 1086,7M€), les SCPI spe?cialise?es (16%, 813,4M€), les SCPI commerces (7,5%, 380,9M€) et les SCPI immobiliers re?sidentiels (2,6%, 132,3 M€). 

Du côté des 18 OPCI grand public « essentiellement distribue?s par le biais des contrats d’assurance-vie », ils ont enregistre? 2,14 Mds € de souscription apre?s des pics de collecte a? plus de 4 Mds € en 2016 et 2017. 3 nouveaux produits ont e?te? lance?s en 2018, et 2 nouvelles socie?te?s de gestion agréées par l’AMF se sont lance?es sur le marche?. Enfin, Parmi les 18 OPCI, 10 ont vu le volume de collecte annuel progresser par rapport a? 2017.


2 Les investissements 

Les SCPI ont re?alise? en Europe 6,2 Mds € d’acquisitions et 852 M€ de cessions.  

Les bureaux figurent toujours la typologie d’actif la plus recherchée a? l’acquisition (64%) devant les commerces (17%). Derrière suivent les centres de sante? (6%), l’ho?tellerie (4,5%) le re?sidentiel (4,1%), les locaux d’activite?s et entrepo?ts (2%).

En terme géographique, les investissements dans les pays europe?ens ont repre?sente? 30,8% des volumes (dont 42,5% a? destination de l’Allemagne) devanc?ant les provinces franc?aises (26,6%). L’Ile-de-France a attiré 42,6% des engagements dont juste 11,3% pour Paris.

En dépit de la domination du segment des bureaux, L’Aspim note que la tendance

« vers une diversification des strate?gies d’investissement perdure en 2018 ». Un propos confirmé par les cibles retenues par les 7 SCPI de rendement lance?es l’année dernière (commerce, investissement socialement responsable, re?sidentiel, ho?tellerie de montagne, province).


3 La capitalisation 

La capitalisation des SCPI atteint 55,38 Mds € (+10,1%). Elle se focalise surtout autour des SCPI immobilier d’entreprise (51,60 Mds €) auxquelles s’ajoutent les SCPI re?sidentielles (3,78 Mds €). 

L’actif net des 18 OPCI grand public s’élève a? 15,14 Mds € au 31 de?cembre 2018, (+16,3%).


4 Le marche? secondaire 

Le montant des parts e?change?es sur le marche? secondaire atteint 1,10 Mds € (1,97 % de la capitalisation des SCPI)et se concentre essentiellement sur les SCPI a? capital variable (87%). 


5 les performances 

Ouf, l’année s’est bien passée ! les SCPI ont re?ussi a? maintenir un taux de distribution (DVM) « attractif « de +4,35% (vs +4,43% en 2017). Ce niveau leur permet de d’afficher cette année encore une prime de risque confortable (+3,64 points par rapport à l’OAT a? 10 ans). En retenant l’augmentation du prix moyen des parts (+0,82%), la performance globale s’e?tablit a? +5,17% sur l’anne?e.  

Dans le détail les SCPI bureaux enregistrent en moyenne un DVM de 4,18% (vs 4,32%), les commerces 4,48% (vs 4,53%) et les spécialisées 4,61% (vs 4,94%). Reste les SCPI diversifiées qui s’en sortent la tête haute avec une jolie hausse de leur rendement : 5,3% contre 5,05% en 2017.

A plus long terme (juin 2008 – de?cembre 2018), la performance globale annualise?e des SCPI de rendement atteint 6% moyennant une volatilite? re?duite de 4,4%.

Pour les OPCI « grand public » le rendement courant est de +1,2%. La valorisation moyenne des parts en 2018 affiche une baisse de -0,4% . Il s’agit d’ « une premie?re depuis fin 2016 ». Elle résulte de la performance ne?gative de l’immobilier co?te? europe?en (- 15,9%) qui représente en moyenne près de 12% de l’actif net des OPCI (à fin 2017). Optimiste, L’Aspim indique que « la de?cote actuelle des cours sur l’actif net de foncie?res cote?es laisse anticiper un rebond des valeurs en de?but d’anne?e. »

Enfin, sur 10 ans, la performance globale annualise?e des OPCI « grand public » atteint 4,9% avec une volatilite? re?duite a? 2,3%.

En conclusion, Fre?de?ric Bo?l, Pre?sident de l’ASPIM affiche sa satisfaction. Car « l’activite? des fonds immobiliers non cote? se maintient a? un niveau soutenu ». Un regret si les investisseurs apprécient l’investissement long terme représenté par les SCPI et OPCI il reste à « sensibiliser les e?lus et responsables locaux sur leurs contributions e?conomiques dans les re?gions ». Un défi que l’ASPIM a de?cide? de relever en faisant « un petit tour de France » en 2019. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *